Suicide, anorexie, sectes, tabagisme, alcoolisme, agressivité …

Cet article a été mis à jour il y a

De nombreuses émissions télévisées traitent des problèmes de suicides, d’anorexie, de tabagisme, d’alcoolisme, d’agressivité, ou bien d’autres réactions anormales.

J’étais en possession de photos de ces personnes, prises avant leur décès ou leurs tentatives de suicide. J’ai donc pu les analyser. J’ai eu la possibilité d’analyser des personnes anorexiques ou dépressives que l’on enferme. Toutes ces personnes avaient un point commun. Elles avaient un gros déficit d’amour que ce soit des enfants ou des adultes et mêmes des personnes âgées. Je retrouve à toutes ce symptôme commun, ce manque d’affection, ce manque d’amour. C’est en conclusion le manque « à exister pour quelqu’un », être transparent parmi les autres.

Ce ne sont pas ces biens matériels que sont le couvert, l’hébergement ou l’argent qui remplacent l’amour vrai et sincère. Il faut un amour qui ne juge pas, qui est toujours présent, même en silence, et surtout quand la misère morale est présente.

Une présence est l’ultime marque d’amour pour un individu en détresse.

Il faut rester à l’écoute des enfants et leur transmettre de l’affection

J’ai de temps à autre des clients qui me signalent que leurs enfants paraissent perturbés, agressifs ou agacés. Ils n’apprennent pas correctement à l’école. Dans 75% des cas c’est un manque d’affection qui en est la cause.

Et quand finalement, les parents comprennent et modifient leur comportement, leurs enfants retrouvent de meilleures notes, sont plus calmes et dorment mieux.

Dès que l’enfant entre à l’école, il est indispensable de bien surveiller son comportement. Il faut inspecter ses membres à nu. Il est nécessaire de contrôler régulièrement le contenu de ses poches et de son cartable et de visiter sa chambre à fond.

Si on trouve quelque chose de suspect, il faut le photographier et le remettre en place sans rien dire. C’est à ce moment-là qu’il ne faut pas hésiter à renforcer les marques d’affection, les discussions plus longues avec une grande attention portée à l’enfant et surtout éviter les reproches.

Donner l’exemple et rester vigilant

Donner l’exemple devant l’enfant dans toutes les manifestations à la maison. Lorsqu’un enfant subit des harcèlements, il est important de croire d’abord l’enfant, puis de s’assurer de la véracité des faits.

Il peut être nécessaire de surveiller (ou de faire surveiller) la cour de l’école ainsi que le parcours de l’enfant  du domicile jusqu’à l’école. (éventuellement, se munir d’un appareil photos).

Bien maîtriser les discussions à table ou au salon. Elles doivent être empreintes de calme et de sollicitude et surtout sans dénigrement d’aucune sorte.

Si vous voulez éduquer des enfants et les ouvrir au monde, sans idées préconçues, il ne faut pas leur communiquer vos déceptions sans les étayer (et avec beaucoup de modération).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Translate / Traduire
×
×

Panier