L’esprit, l’âme, le mental

L’ESPRIT (ou LE MENTAL ou L’ÂME)

 

Le MENTAL (ou l’Esprit)  joue un rôle primordial  dans notre être, il est celui qui dirige le corps, qui l’anime, qui lui imprime faits et gestes, qui conditionne pour une grande partie les dérangements de notre corps, sa plénitude aussi, au sens le plus complet, c’est-à-dire l’équilibre.
C’est le premier à maintenir en bonne santé, pour lui donner la sérénité, clef de la résolution des problèmes qui se posent à nous tous les jours.
Pour cela, point n’est souvent besoin d’absorber des barbituriques, voire au contraire ?
J’ai lu pour la deuxième fois dans ma vie cette phrase : « AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES »
Essayons d’y voir plus clair.
Cette phrase ne peut-elle être mise en pratique par une philosophie, une culture, une religion, une politique, sans risquer d’être qualifiée d’inhumaine ?
Etre humaniste, c’est déjà respecter l’humain quel qu’il soit, religieux ou pas.
Intégrer ce précepte dans son Mental (ou Esprit), n’est-ce pas déjà respecter ; à fortiori, respecter, c’est considérer, avoir de la considération.
Peut-on avoir envie de nuire dans « Aimez-vous les uns les autres » ?  Peut-on ne pas écouter les revendications non plus ?
Peut-on prendre en otage dans cette philosophie ? NON ! Car si le « Aimez- vous les uns les autres » est mis en avant, c’est comme une grille, un mur, qui empêche d’imposer sa force du moment. C’est confronter des solutions et non s’affronter dans des problèmes.
« Aimez-vous les uns les autres », c’est construire ensemble et non détruire ce que bâtit l’autre.
La jalousie, la rancœur, l’intolérance, l’injustice, l’avarice, l’hypocrisie, l’égoïsme, la colère, la rancune, la méchanceté, l’indifférence, la cruauté, la violence, la vengeance, la manipulation, l’excès de pouvoir, la pingrerie, la condescendance etc…  ne sont pas dans le « Aimez-vous les uns les autres ». Par conséquent, lorsque toutes ces ignominies sont invoquées, pensées, mises en action, réalisées, elles provoquent dans le Mental, donc le cerveau, le système nerveux central et autonome, des stimuli négatifs pour tout l’Être.
Maux de tête, agressivité, migraines, angoisse, culpabilité,  raideur aux cervicales, mal au plexus solaire, maladies cardio- vasculaires, digestion difficile ainsi que de lourdes maladies, etc.…
Aimer son prochain comme soi-même est aussi une source à laquelle il faut boire sans retenue. C’est partager ce qu’on a de mieux, ce sont de bonnes pensées en permanence, véhiculant la tranquillité mentale et la sérénité.
La sérénité, c’est garder son Esprit libre pour prendre de meilleures décisions non empreintes de visions bassement calculatrices.et aveuglantes.
C’est répondre à une demande de conseil avec pour seul intérêt le bien-être de celui ou de celle qui le demande.
La sérénité, c’est prendre les choses de la vie comme elles viennent, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse beau.
Aimer son prochain  comme soi-même, c’est tout simplement essayer de ne pas faire de mal à quiconque.
C’est aussi aider celui qui souffre, comprendre…
L’Abbé Guy GILBERT, l’Abbé des loubards ne dit-il pas dans l’un de ses derniers livres : « Une belle vie, c’est en chier pour aider les autres »
L’âme étant entretenue, il faut aussi entretenir son corps, l’un n’allant pas sans l’autre !!

On peut ne  pas être d’accord avec ce que j’écris dans ce cas expliquez le moi par la boite contact

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Translate / Traduire
×
×

Panier