Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Les schémas

Cet article a été mis à jour il y a

Les schémas ou états de pensées

 

Les schémas de pensée ou états  sont nombreux.
Ceux-ci nous viennent à propos de circonstances imprévues ou prévisibles mais que nous ne voulons pas admettre (lâcher-prise).
Le combat permanent de notre  pensée dans ces moments, mobilise une grande part de notre énergie.
Celui-ci, le combat, est interne, il est entre nous et nous.
En général dans cet état nous  ne supportons pas les réflexions, ni les contradictions.
De plus ces schémas quand ils se mettent en place sont tourbillonnants, incessants, ils prennent la plus grande place dans notre cerveau.
Souvent ces schémas nous mobilisent à un point qu’ils nous empêchent de faire l’essentiel de ce qui nous incombe dans l’instant.
Puis notre esprit occupé par ces schémas destructeurs nous conduit vers des personnes dans le même état que le notre. (pensez vous ? ils ne comprennent rien, au moins elles, elles me comprennent).
Ce qui conforte nos idées destructrices nous conduisant à accepter n’importe quelle médication qui passe à ce moment de notre vie.

Lorsque ces schémas  s’installent, tenaces, nous ne croyons plus en rien, tout ce que l’on a appris n’est que foutaises, mensonges…
Au fait avons nous été au bout de nos apprentissages pour en douter au point de les rejeter ?
Toutes les personnes qui sont intervenues pour nous, sont des imposteurs, arnaqueurs, charlatans, profiteurs ou encore incapables.
Ce qui, en général avec cette façon de s’y prendre, content d’avoir trouvé la solution adéquate extraordinaire, miraculeuse, la seule qui nous attendait, souvent d’ailleurs richement présentée, contre quelque argent, voire beaucoup, convaincu que c’est la solution, les résultats sont là nous les clamons.
Nous nous rassurons nous avons pris la décision qui s’imposait, la seule car notre obsession schématisée dans notre esprit nous interdit de voir autre chose parce que nous pensons qu’il n’y a que nous qui nous connaissons bien.
Les autres ne peuvent pas comprendre, ils verront bien…
En général ils voient oui. Ils voient que rien n’a changé pour cette personne habitée de schémas pernicieux.
Puis celle-ci au bout d’un temps plus ou moins long s’aperçoit que les schémas sont encore là provoquant des ennuis de santé, de famille, de travail, de société, d’argent …
A ce moment deux voies peuvent se présenter à cette personne.
L’une continuant dans la recherche de remèdes ou de personnes, miracles en général fort coûteux, entrainant  la personne de plus en plus bas.
L’autre, la rencontre d’un livre, d’une personne qui avec amour de son prochain plus que de son compte en banque, nous ouvre les yeux, nous débouche les oreilles mentales, en nous ramenant aux réalités fondamentales que possède l’humain quand il veut bien ouvrir son esprit très largement.
A savoir que nous avons tout en nous pour remettre notre vie à plat, sans concessions et sans culpabilité, simplement en se remémorant que nous sommes comme tout le monde, une petite partie de l’univers qui a sa place ici sur Terre.
Que nous devons cultiver notre esprit comme un maraicher doit cultiver son potager un peu tous les jours et croire que le Tout Puissant nous aidera que si nous lui demandons.
Pour ce faire il faut se prendre en charge soi-même, ne pas suivre  les voies faciles : il faut souffrir pour s’élever.
Prendre exemple sur la fourmi avant de chanter comme la cigale.
Mesurer le chemin parcouru et le chemin à parcourir pour se situer à sa place et croire au possible par sa pensée constructrice en reprenant quelquefois ses cours, ses apprentissages, ses fondamentaux par le début pour nous rassurer que nous savons faire ce que nous faisons ! Nous avons fait la preuve !
Réapprendre pas à pas  tout ce que l’on a douté pour installer son savoir sur des bases indestructibles par des schémas nous conduisant à ne voir que la vérité.
Correspondre verbalement ou par écrit avec une personne négative c’est perdre son temps et une partie de son énergie.
Les personnes négatives en général ne construisent rien avec leurs deniers propres : il ne risquent rien critiquent tout.
Entretenir une conversation écrite ou orale avec une personne négative c’est se dévaloriser puisque dans la très grande majorité des cas il n en sortira rien. C’est entretenir de mauvaises pensées en leur donnant du crédit ne serai-ce  qu’ en les écoutant trop longtemps.
Les négatifs ont toujours raison parce qu ils ne tentent rien par contre lorsque les fruits murissent ils savent revendiquer une part avec brio!
On peut ne pas être d’accord avec ce qui précède et mériter le respect a une condition de se dévoiler et de l’écrire!
bt

Cet article a 3 commentaires

  1. Bonjour Monsieur Tenand,

    Je viens vous faire un « retour » et je reviens sur nos propos dont les vôtres qui me laissaient dubitative et que je trouvais radicaux » :

    « Correspondre verbalement ou par écrit avec une personne négative c’est perdre son temps et une partie de son énergie.
    Les personnes négatives en général ne construisent rien avec leurs deniers propres : il ne risquent rien critiquent tout.
    Entretenir une conversation écrite ou orale avec une personne négative c’est se dévaloriser puisque dans la très grande majorité des cas il n en sortira rien. C’est entretenir de mauvaises pensées en leur donnant du crédit ne serai-ce qu’ en les écoutant trop longtemps.
    Les négatifs ont toujours raison parce qu ils ne tentent rien par contre lorsque les fruits murissent ils savent revendiquer une part avec brio! »

    En effet, je viens « ENFIN DE COMPRENDRE » ce que vous avez voulu dire. J’ai mis des années à comprendre cela. Il a fallut une dernière expérience dont le premier contact je ressentais comme extrêmement négatif. Puis j’ai mis un mouchoir sur mon ressenti (cette petite voix intérieure qui vous dis de vous méfier) et j’ai écouté mon mental qui disait « mais non, donne lui sa chance, ne le juge pas, sois tolérante….il a des qualités….les autres le trouvent drôle, le prennent comme il est »…..bref….au nom de ce mental bien pensant, j’ai laissé cet individu franchir MES PROPRES limites, jusqu’au moment, où il a commencé à distiller des cailloux de sous entendus sur autrui, l’entendre faire des suppositions. A ce stade, je m’opposais à lui et tentait de lui faire entendre raison, et m’évertuaient à lui dire que ce n’étaient que des suppositions et ne pas « trop » accorder foi à ces propos mais quand une personne se pose en victime en boucle, c’est assez difficile…, jusqu’au moment où il a commencé à m’être ouvertement nuisible, parler à ma place, prendre ma place. La j’ai dis STOP, ASSEZ. Mais pour alors c’était trop tard, la calomnie, les renversements de situations, la méchanceté, les menaces… les jeux de rôle pervers sont enclenchés. Le lâcher-prise impossible car alimenté par une surenchère de calomnies et de défenses …bref, jusqu’à être écrasée et/ou trouver la MENACE qui va le faire taire une bonne foi pour toute mais le tout prenant des proportions ahurissantes. Bref rien de réjouissant, et vous pompant votre énergie de façon incroyable.

    Bref, grâce à vos propos et à toutes les personnes négatives, j’ai ENFIN COMPRIS qu’il ME FALLAIT ECOUTER MON INTUITION, et NE PAS ME FIER AU MENTAL ni AUX ARGUMENTS ou JUGEMENT BIEN-PENSANT d’AUTRUI ou de SOI-MEME (par peur, refus de rejeter autrui pour des choses qui ne s’expliquent pas ou désir d’être apprécié, de culpabilité, ou parce que votre morale, votre mental vous dis le contraire….).

    Donc aujourd’hui si je RESSENS ou VOIS ou CONSTATE un gros camion NEGATIF qui déboule sur moi même très joli en apparence et même si les autres le trouvent joli pour X raisons, hop, je m’écarte DE SUITE de son chemin et je ne tenterai plus de lui dire ou crier de faire attention avec colère.
    Cela même si les autres ne comprennent pas, ne le voient pas. C’est cela ou à un moment ou un autre, nous tombons vite dans un engrenage négatif.

    Pour certains, pour vous, cela semble évident, mais pour des personnes qui écoutent plus leur mental, sensibles aux valeurs morales humanistes et/ou à l’opinion d’autrui, manquant de confiance en elles et/ou tolérantes et/ou ne sachant pas comment mettre des limites par politesse au début, c’est très difficile car leur psyché est estropiée. Mais c’est remédiable. Pour ma part, j’ai eu du mal à comprendre qu’il fallait écouter mon instinct de survie sous peine de rencontrer des désagréments et cela même en dépit de « bons sentiments »….

    En conclusion, vos propos ne sont pas radicaux mais VITAUX.

    Voilà et merci de les avoir écrits. C’est mon mental « bien pensant » et moraliste qui ne comprenait pas et qui avait été choqué. Mais la sagesse de l’intuition est là pour dire « il est vital de s’éloigner car cette énergie négative ne me correspond pas » et ce n’est pas pour autant que je rejette cette personne ni que je suis un monstre pour autant, c’est juste que mes limites et/ou barrières ne sont pas assez fortes pour arrêter cette énergie négative qui déboule et qu’il vaut mieux s’écarter plutôt que de se faire écraser.

    Quand la positivité nous gagne, les choses sont plus claires !

    Bonne soirée et merci.
    Géraldine

    1. BONSOIR Effectivement mon commentaire peut paraitre d une trop grande rigueur et vous avez payé pour le comprendre il faut toujours payer et qu’une fois si possible

  2. Bonjour,

    Juste une remarque :

    « Correspondre verbalement ou par écrit avec une personne négative c’est perdre son temps et une partie de son énergie. »

    Vous voulez dire après plusieurs tentatives de dialogue et/ou de conciliation n’est-ce pas ???

    C’est vrai dans l’instantané et/ou avec certaines personnes….

    Je me demande juste comment déclarer « aimer autrui »(Avlula), si on la « juge et condamne » d’avance incapable de comprendre vos écrits….même plus tard ???

    On peut aussi se croire « chargé positivement » et croire avec bonne foi que l’autre est « chargé négativement » et alors refuser tout dialogue consensuel….alors qu’en « perdant son temps à écrire », on peut très bien par la suite se rendre compte de son erreur …

    – Alors à moins d’avoir fait une tentative de dialogue et de conciliation
    – Et/ou d’être véritablement « chargé positivement », et de penduler systématiquement pour vérifier si oui ou non, ça vaut la peine de « perdre son temps » ou non avec cette personne…..
    – Ou de penser que dès l’instant où vous avez déjà tout écrit ou dit une fois, que cela suffit….

    Cette déclaration écrite de cette façon m’étonne par sa radicalité.

    D’autant que cette phrase peut aussi être dite par une personne de mauvaise foi afin de discréditer l’autre…technique de rhétorique pour empêcher autrui de dire une vérité qui gêne…

    Sinon, je suis d’accord avec tout ce qui précède et qui suit ! LOL !

    Cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Translate / Traduire
×
×

Panier