Le Pentacle des Merveilles

Le Pentacle des Merveilles

Cet article a été mis à jour il y a

Pour certains, cela doit paraître inopportun de s’attarder sur ce qu’il est. Pourtant plus tard, dans sa vie de tous les jours ou en faisant de la radiesthésie convenablement, vous comprendrez. Plus on applique ce Pentacle, meilleur nous sommes dans ce que nous entreprenons.

Prenez les maximes une à une et méditez sans relâche. C’est dans la constance que l’on apprend et surtout que l’on comprend.

N° 1 – Essayez de vous remémorer les situations dans lesquelles vous n’avez pas appliqué cette maxime.  Egalement, vous pouvez vous souvenir de situations où vous avez subi la non application de cette maxime envers vous, par d’autres personnes.

N° 2 – “La bonté, c’est déjà ne pas faire de mal aux autres”.  C’est savoir que l’on ne donne jamais assez, que l’on donne sans calculer. La bonté c’est faire un effort pour le confort de l’autre. C’est aussi s’oublier un instant, pour aider, sans contrepartie. La bonté, c’est faire abstraction de ses idées pour agir avec son cœur et non avec son mental.

N° 3 –  “Accepter tout ce qui nous est arrivé et qui nous arrive”.  C’est admettre, comprendre que nous sommes à la source de tout ce qui nous arrive, même depuis des dizaines d’années. Nous avons provoqué intentionnellement ou pas ce qui nous est arrivé. Cherchez bien sincèrement et vous trouverez. De toutes manières, dans la non-acceptation, la vie devient encore plus difficile, pour devenir un calvaire.

N° 4 – “Lâcher prise”. Cette maxime est très facile à réaliser lorsque nous avons accepté sincèrement tout ce qui nous est arrivé, le non-lâcher prise,  c’est s’accrocher à des désirs, des pensées, des rêves pour lesquels on est loin d’avoir tout fait pour qu’ils se réalisent positivement. Le non-lâcher prise est la conséquence banale de la non-acceptation.

N° 5  – “Ne pas dire du mal des autres sauf à leur dire en face”. Dans mon premier livre j’ai inséré « le mot » de Victor Hugo, il est très révélateur de ce qui précède. Lorsque l’on dit du mal, on pense avant, puisque la pensée précède la parole ou l’acte. En pensant négativement, on s’octroie à nous-même des pensées négatives. Ces pensées se transforment en ondes électromagnétiques négatives. Ces dernières créent des tensions qui se communiquent à tous nos organes et surtout aux plus faibles.

N° 6 – “Ne pas se croire plus fort que les autres”. Dans ce cas nous sommes dans la vanité. L’humilité donne accès à la connaissance. Nous ne connaîtrons jamais tout mais nous nous donnons l’ouverture d’esprit. Par contre, la vanité est comme un volet qui nous cache la vérité. Cette vérité qui nous gêne parce qu’elle nous renvoie à une évidence : nous sommes toujours perfectibles. Lorsque l’on croit savoir, on ne cherche plus.

N° 7 – “Le pardon est le plus puissant médicament sur cette Terre”. Pour arriver au pardon il est nécessaire d’avoir franchi deux étapes : l’acceptation et le lâcher-prise. Dans, la non-acceptation il y a comme un mur que l’on dresse devant soi pour se donner une bonne excuse. L’humilité est une fusée qui nous permet de franchir ce mur. Le mur franchi, le pardon nous apparaît être l’étape naturelle nous permettant de nous alléger physiquement et psychiquement. On ressent alors, comme dans un ballon après avoir retiré le lest, l’impression de nous élever dans l’atmosphère à bonne vitesse. Quel poids il nous est enlevé ! Un pardon effectif ne peut être réel que si on ne revient plus sur le sujet qui a été l’objet de ce pardon.

N° 8 – “Aimer son prochain comme soi-même”. Dans cette phrase, le prochain est important,  puisque c’est celle ou celui que l’on va rencontrer fortuitement, maintenant ou plu tard. Est-on capable d’aimer la première personne que l’on va croiser comme nous devons nous aimer nous-même? Qu’elle soit ou non de la même couleur de peau ? Bien habillée ou pas? Riche ou pauvre? Intelligente ou pas? Haut placée ou au bas de l’échelle sociale? Belle ou pas? Quelle que soit la présentation du prochain nous devons le traiter comme nous-même, c’est la leçon de Jésus-Christ.

N° 9 – “Dire la vérité, ne pas mentir, être honnête”. Voici l’expression la plus importante du Pentacle. Celle par qui tout se concrétise ou rien ne s’établit. A quoi bon dire que l’on aime, si l’on ment. Avec l’honnêteté, nous construisons des fondations solides sur lesquelles il est facile de construire. Avec le mensonge, c’est un chaos permanent, équivalent aux sables mouvants. C’est la terre qui se dérobe sous nos pieds. L’hésitation, le doute, l’instabilité sont permanents. Ils s’installent avec leur cohorte de méfiances, précautions, contrôles, sécurisations dans tous les domaines. La malhonnêteté est le plus grand fléau sur notre terre. C’est la cause de beaucoup de maladies graves. N’est ce pas un peu ce que nous vivons ?

Au centre « Aimez-vous les uns les autres », résume ces neuf expressions, le chiffre exprime l’accompli !

Que l’on soit croyant ou pas, il n’y a pas de meilleure attitude pour bien vivre ensemble que de respecter les 9 expressions de ce Pentacle des Merveilles ?

L’application grandissante des 9 expressions de ce Pentacle, va transformer petit à petit votre vie dans tous les domaines. C’est ainsi que nous atteindrons la sérénité sur cette Terre :

« S’améliorer sans cesse, jusqu’à son dernier souffle »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.