Défauts et aléas ou Causes et effets ?

Défauts et aléas ou Causes et effets ?

Nos défauts

Voici un sujet épineux, ce qualificatif lui correspond car nos défauts sont des épines plantées dans notre corps. Elles nous font mal tous les jours.

Et si nous prenons la bonne et difficile décision de nous en séparer ces mêmes épines se défendent bec et ongles.

Le Larousse donne deux définitions différentes du mot “défaut” :

  • absence, manque ou insuffisance de ce qui serait nécessaire.
  • Imperfection.(matérielle ou morale). C’est ici le côté “moral” qui nous interesse. « Le mensonge est un vilain défaut ».

Nos défauts sont tenaces, fidèles, ils font parti de notre personnalité. A certains moments de dépit ils peuvent comme la gourmandise, nous être utiles pour un instant

L’acceptation

« action d’accepter, de recevoir d’agréer quelque chose » (Larousse)

Dans la vie courante, nous avons tendance à oublier l’acceptation. Nous préférons lui substituer le “lâcher prise” et ou le “déni”.

Cette expression courante fait l’objet de beaucoup de préoccupation. En effet notre psyché ne nous permet pas de “lâcher prise” sans avoir auparavant accepté l’objet du non lâcher-prise.

Exemple : un couple se sépare sur la décision unilatérale de la femme. L’homme risque de ne pas lâcher prise à cette séparation tant qu’il n’aura pas fait compris et d’admis la cause de cette séparation. Cette démarche lui demande un effort de compréhension pour voir la problématique différemment, en se mettant dans la position de sa femme.

C’est ainsi qu’il pourra accepter cette séparation. L’acceptation permettant le lâcher prise, passage obligatoire pour, par la suite, accepter et soigner le ou les défauts qui ont favorisé cette séparation.

Le déni

Le déni est l’occultation radicale de ce qui est. On refuse (consciemment ou non) de voir ce qui est. Il en est de même lorsqu’on occupe une situation dominante que seul, le privilège insolent et momentané permet d’en refuser l’évidence. Malgré cette position, à un moment donné l’objet du déni se dressera devant nous.

La duplicité (double jeu) très répandue dans nos sociétés dite avancées, peut, avant d’être dévoilée nous permettre de mieux figurer ici ou là pour “paraître” ce que l’on est pas (mais que l’on voudrait être sur l’instant). La duplicité peut nous permettre de donner une (fausse) image de nous plus flatteuse et ainsi plus conforme à nos souhaits.

Les conséquences

L’Être réapparaîtra un jour à nos dépends soyez en sûrs (“Chassez le naturel, il revient au galop” – Philippe Néricault, dit Destouches)

Comme il est dit souvent, un malheur n’arrivant jamais seul, celui-ci sera accompagné d’autres contretemps.

C’est un peu comme les factures que l’on a feint d’oublier. Le créancier dans ce domaine a une comptabilité précise.

La médisance nous accompagne partout où nous allons, elle nous est fidèle. En effet suivant nos humeurs : (“disposition affective et dominante d’une personne” Larousse) et notre manque d’honnêteté intellectuelle, nous trouvons à redire, à critiquer nos semblables pour leurs comportements ou leur prestations, ou encore pour leurs réalisations, ou tout simplement pour ce qu’ils sont.

En cela «le mot de Victor Hugo» écrit au XIXème siècle est toujours d’actualité. Extrait du livre «Comment mieux vivre».

La vanité

La vanité : «satisfaction de soi-même, sentiment d’orgueil» Larousse.

La vanité peut s’apparenter à la suffisance : je n’ai besoin de personne même pas de Dieu. Ni Dieu ni Maître sauf que tous les adeptes de cette exclamation finissent mal.

Ce défaut est selon moi le défaut le plus répandu dans nos sociétés dites développées. Le concours permanent objectivant la réussite oblige plus ou moins les humains candidats à devenir adversaires en entrant dans ce jeu détestable de la vanité. Se comparer en permanence à soi-même et jamais aux autres.

Ces personnes ayant un ego (un soi) surdimensionné se sentent devenir omnipotentes, voire suffisantes. Le risque car il y en a un, est de ne plus exister en tant que personne reconnue socialement. C’est dans ce milieu que se développent l’hédonisme, la transgression, le progressisme libertaire et donc les fins de vies difficiles.

Le respect apparaît quand la vanité s’éloigne.

Le respect et la vanité ne font pas bon ménage.

Cette courte évocation de certains défauts m’amène sur le terrain des conséquences existentielles dues à l’ensemble de ceux-ci.

Spirituel Divin ou Temporel

Dans l’Univers et particulièrement sur cette terre, règne deux conceptions de vie prépondérantes et diamétralement opposées.

Ce sont le Spirituel Divin et le temporel.

Il est remarquable que dans l’ordre alphabétique il est logique d’aborder le Spirituel Divin avant le Temporel.

La vie sur Terre serait tout autre si cet ordre logique devançait et présidait à toutes les réflexions.

Disons le tout de suite, ce n’est pas ce qui est pratiqué dans tous les milieux dirigeants scientifiques, médicaux, politiques, culturels, sociétaux, économiques, environnementaux.

Le spirituel Divin

Le Spirituel Divin est un concept dans lequel il est admis que Dieu est Créateur de toutes choses dans l’Univers. Par conséquent celles et ceux qui croient en ce concept se définissent comme mission, de Respecter tout ce que Dieu a créé : Le genre minéral, le genre végétal, le genre animal et naturellement le genre humain. Ceci se traduit en clair par la necessité de sans cesse diminuer nos défauts.

C’est par le truchement de nos défauts que nous ne respectons pas l’autre. Il est donc indispensable de nous améliorer sans cesse.

Nous affirmons la suprématie du Spirituel Divin sur le temporel.

Nous allons le constater plus loin.

Le Temporel

Le Temporel, est un concept limité dans le temps (et dans l’espace) en refusant toute autre voie.

Rien que ce refus diligenté par notre cerveau le limite immédiatement sur tout un pan de recherche inconnue. Dans ce concept omniprésent tout se règle matériellement.

Le Temporel a une durée limitée, par opposition au Spirituel Divin qui évolue dans l’éternel. Le Temporel évolue dans “l’immédiateté apparente”.

Le Temporel est lié aux choses matérielles. Il concerne les intérêts d’ici bas. Il a ainsi une vue limitée qui repose sur le dense, le présent, tout ce qui se vend, s’achète, ce qui se touche, ce qui se voit, ce qui se palpe ou qui se sent.

Le chercheur temporel n’écarte pas systématiquement le but Spirituel de ses travaux mais il ne le voit pas parce qu’il n’y croit pas vraiment.

Ses résultats quels qu’ils soient seront malheureusement, toujours inférieurs à ce qu’ils pourraient être. En effet il se retrouve toujours bloqué par les découvertes terrestres qui sont attachées en premier à l’argent, aux délais, aux gains à la notoriété, aux pouvoirs, à l’influence, au rang ou à la hiérarchie.

Voir plus loin

Pour revenir au principal objet de ce mot, le Temporel englobe nos défauts, en les acceptants plus ou moins. Le temporel admet les défauts comme une fatalité.

Il essaie mollement de les soigner par toutes sortes de médications allopathiques, chimiques, matérielles et/ou physiques.

Des essais sont tentés par une volonté pseudo spirituelle d’une affirmation positive invoquant des formules.

Je suis moi, j’attire l’abondance, j’attire la richesse etc….

Hélas tout cela ne concerne que le “Temporel”.

Nos défauts, à notre époque où la modération n’a plus cours, sont par et pour certains élevés au titre de “qualités supérieures”.

Beaucoup d’objets dits artistiques encensés et valorisés par une certaine élite ont été créés sous l’empire de l’alcool ou de la drogue voire des deux à la fois. Un certain nombre de livres relatent et montent en exergue des faits puisés dans des plus ou moins vraies vies, voilà une expression du temporel.

Nous n’avons qu’une vie

La “vraie vie” existe. Serait-elle donc une autre vie ? Il est aisé de nos jours de séparer les vies. Celles et ceux qui usent de ces subterfuges ne trompent qu’eux-mêmes ou celles et ceux qui leur ressemblent.

Pour un averti, ils ne trompent pas. Certes la beauté existe. Elle n’a pas besoin de sophistication. La vraie beauté ne peut être que pure parce que son origine est sans tache. Elle n’a pas de défaut par conséquent, elle est rare

Voulant se situer dans le Spirituel Divin, l’humain n’a de cesse que d’être meilleur chaque jour que la veille. Il sait qu’il doit « s’améliorer sans cesse » Entré dans ce chemin il comprend il admet que sa vie sera celle qu’il se confectionne chaque jour.

Il est partout le même. Il comprend que nos défauts peuvent être les facteurs de nos ennuis, maladies etc….

L’adepte du Spirituel Divin se rend compte par son ouverture d’esprit que le hasard n’existe pas.

Il s’est aperçu que la chance n’existe pas et par conséquent, que la malchance n’existe pas.

Il sait qu’à chaque instant par ses pensées, ses actions ou l’absence d’action, il prépare son futur. Son futur deviendra son présent puis son passé.

Celui-ci par honnêteté intellectuelle s’est aperçu que lorsqu’il lui arrive un problème physique, affectif, financier ou autre, celui-ci a été précédé d’un manquement au « Pentacle du Respect de la Création ».

Cette personne par son humilité possède une ouverture d’esprit lui permettant de comprendre et d’admettre le principe des causes et des effets.

Trouver la cause permet de s’améliorer

Dans un premier temps cette réflexion lui ouvre les registres des causes.  Le meilleur à venir est que cette personne en s’améliorant ne va plus être la cible de toutes sortes d’ennuis attribués par les adeptes du Temporel au hasard à la malchance, etc… Il sera portera beaucoup mieux.

En effet, chaque maladie correspond à un défaut, réfléchissons bien.*

En diminuant le défaut on diminue la maladie, je n’ai jamais vu le contraire. La maladie, l’accident ne sont jamais des fatalités.

Il aura un travail intéressant et suffisamment rémunérateur qui couvrira ses besoins. Ces derniers seront en adéquation avec le respect des autres. Il n’accumulera pas dans le seul but d’accumuler.

Dans l’attitude Spirituelle Divine la peur s’estompe, les frais médicaux également. La protection de Dieu s’auto-ajuste en permanence en rapport avec notre engagement vis à vis du :

Respect des Lois Divines De La Création Universelle

*J’ai créé un tableau pour 280 maladies et 180 organes (malades) correspondant chacun à une maladie

Quelques exemples justifiant ce qui est dit plus haut

Défauts et aléas ou causes et effets

Nature des aléas et effets
Défauts ou causes correspondants
Accident d’automobile sans blessure corporelle
Colère
Accident d’automobile avec blessure corporelle
Violence
Problème de couple
D
Problème financier
V
Problème de santé
Vanité
Problème pour trouver un emploi
T
Trouble neurologique
R
Problème de solitude
V
Problème du à la vitesse automobile
V
Problème de voisinage
Respect
Problèmes juridiques
I
Infertilité féminine
A
Infertilité masculine
L

Cet article a 3 commentaires

  1. JOUBERT

    Merci pour ce tableau, à quoi correspondent les lettres seules dans la colonne de droite (d, v ,t, r, i ,a, l)?
    Cordialement.

    1. Bernard TENAND

      Bonjour ce sont les premières lettres des défauts A vous de trouver les défauts qui correspondent aux dérangements

  2. JOUBERT

    Super cette sorte de jeu de piste! Même si parfois plusieurs noms cochent la lettre (a? avarice? agressivité? …)
    Bonne journée et continuez de nous instruire tout en nous faisant réfléchir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.